fbpx

Projet d’aménagement d’une terre agricole en plaine inondable dans le cadre d’un projet de conservation à Saint-Ignace-de-Loyola

Ce projet de compensation consiste à aménager une terre agricole localisée en bordure du fleuve Saint-Laurent dans l’archipel du lac Saint-Pierre afin d’aménager certaines surfaces qui permettront la fraie des poissons en plus de créer de nouveaux habitats qui favoriseront la diversité des végétaux et des animaux, tout en contribuant à la protection de la biodiversité de cette magnifique région.

La terre agricole visée pour ce projet étant exploitée en monoculture de soya depuis plusieurs années, le sol est complètement dénudé annuellement et ne permet pas de fournir de support pour la fraie des poissons. L’acquisition de cette terre agricole et l’aménagement de celle-ci permettra d’optimiser les conditions de reproduction et d’alevinage d’espèces de poissons à reproduction printanière utilisant la plaine d’inondation, notamment la perchaude.

Les interventions viseront principalement :

  • À augmenter la superficie de l’habitat de fraie de la perchaude;

  • À améliorer la libre circulation des poissons dans les fossés de part et d’autre de la terre agricole;

  • À offrir des abris, des aires d’alimentation, des aires de nidification et autres pour différentes espèces d’oiseaux, d’amphibiens, reptiles et mammifères.

Ce projet est issu d’une collaboration entre PJCCI et Conservation de la nature Canada (CNC). Dans le cadre de cette entente, PJCCI finance l’acquisition de la propriété, réalise les travaux d’aménagement d’habitat et CNC assure la conservation du site à long terme.

Problématique

La population de perchaude du lac Saint-Pierre et de son archipel est en déclin depuis plusieurs années. Plusieurs facteurs jouent en défaveur de la perchaude, dont l’accessibilité à des habitats de fraie de qualité dans la zone littorale du lac Saint-Pierre.

Au pourtour du lac Saint-Pierre, environ 5 000 ha de terres agricoles sont situés sous la cote d’inondation 0-2 ans, donc dans la zone littorale du lac Saint-Pierre. La terre agricole de Saint-Ignace-de-Loyola visée pour réaliser ce projet de compensation ne fait pas exception puisqu’elle est située majoritairement sous la cote d’inondation 0-2 ans. Cette terre est en monoculture de soya. Ce type de culture n’offre pas de support de fraie adéquat aux poissons au printemps. De plus, l’entretien de la végétation en bordure des champs limite le potentiel d’habitat pour la faune aquatique, aviaire et terrestre tant en période de crue que lorsque le milieu est exondé.

Le projet vise à répondre aux objectifs suivants :

  • Optimiser les conditions de reproduction et d’alevinage d’espèces de poissons à reproduction printanière utilisant la plaine d’inondation, notamment la perchaude ;

  • Offrir un habitat optimal pour l’alimentation des poissons au stade larvaire en maximisant la production zooplanctonique ;

  • Améliorer les conditions de nidification de la sauvagine et des oiseaux champêtres dans les prairies humides ;

  • Améliorer la qualité et la diversité d’habitat pour la faune aquatique, semi-aquatique et terrestre ;

  • Améliorer la libre circulation des poissons entre le lac Saint-Pierre, le fleuve St-Laurent et les secteurs de fraie ;

  • Assurer la pérennité de l’aménagement tout en réduisant au minimum les efforts d’entretien à long terme ;

  • Éliminer le rejet de sédiments fins vers le lac Saint-Pierre et réduire les risques de prolifération des espèces exotiques envahissantes (EEE), par l’établissement d’un couvert herbacé indigène et permanent (prairie humide).

Description de l’aménagement :

  • Planter des végétaux pour créer un couvert végétal afin de stabiliser la plaine agricole contre l’érosion tout en maximisant les bénéfices sur la biodiversité ;

  • Planter des bosquets d’arbustes (aulne, saule, cornouiller ou autres) à proximité de l’eau et au pourtour des îlots afin de fournir un bon couvert pour les oiseaux et afin d’offrir des substrats propices à la fraie des poissons ;

  • Aménager des monticules afin de favoriser la diversité des végétaux et la biodiversité ;

  • Créer des îlots de biodiversité pouvant être utilisés par différentes espèces ;

  • Installer des perchoirs, des troncs d’arbres, des amas de pierres ou autres sur et au pourtour de ces îlots pour créer des abris et des habitats propices aux différentes espèces animales qui fréquentent le secteur ;

  • Aménager des baies protégées à différentes profondeurs afin de favoriser la fraie des poissons pour différentes crues printanières.

Les gains

En fonction des aménagements proposés et des conditions hydrauliques du secteur, un gain d’environ 10 hectares d’habitats multi spécifiques est anticipé. De ce total, environ 6 hectares d’habitats du poisson seront aménagés sous la cote de 6,35 m. Les habitats aménagés seront entièrement des habitats d’eaux calmes, en eaux peu profondes et où il y aura de la végétation aquatique.

Les gains en habitat du poisson seront majoritairement des habitats sensibles propices à la reproduction et à l’alevinage de certaines espèces, ainsi qu’à l’alimentation de diverses espèces de poisson. Les nouveaux habitats ainsi créés favoriseront la diversité des végétaux et des animaux et participeront à la protection de la biodiversité de cette région.