fbpx

Pont Honoré-Mercier

Le pont Honoré-Mercier, dont la gestion est partagée entre le gouvernement provincial et la PJCCI, est un lieu de collaboration notamment avec le conseil de bande de Kahnawà:ke et les entrepreneurs Mohawks.

Le pont Honoré-Mercier traverse le fleuve Saint-Laurent et la voie maritime, du côté Ouest de l’île de Montréal.

Baptisé Honoré-Mercier en hommage à l’Honorable Honoré Mercier, ancien Premier ministre du Québec, et à son fils, ancien ministre des Terres et Forêts, ce pont devint le quatrième ouvrage à relier l’île de Montréal à la Rive-Sud après le pont Victoria (en 1860), le pont de Lachine (en 1885) et le pont Jacques-Cartier (en 1930).  

Historique

Initialement constitué d’un pont à deux voies appartenant à la Corporation du pont du lac Saint-Louis, le pont Honoré-Mercier a été inauguré en 1934 et transféré au Gouvernement du Québec en 1942.

Sa structure en acier a été construite par l’entreprise Dominion Bridge limitée, dans le cadre de travaux financés par le gouvernement du Québec, pour contrer la crise économique. Il est l’œuvre de onze ingénieurs canadiens-français, tous diplômés de l’École polytechnique de Montréal.

Le pont fut ouvert à la circulation le 22 juin 1934, soit dix mois avant la date fixée de fin des travaux. Il mesurait à l’origine 1 361,25 m. Il comportait une arche métallique principale de 121,87 m, onze travées métalliques ainsi que trente et une travées en béton armé.

HM-2 HM-pics-1

DATES CLÉS

1958-1959 : Dans le cadre du projet de construction de la voie maritime du Saint-Laurent, l’Administration de la voie maritime du Saint-Laurent (AVMSL) a procédé à des travaux pour rehausser le pont et prolonger sa partie Sud, afin de permettre le passage des navires.

1963 : Construction du deuxième pont en aval du premier, géré aujourd’hui par le gouvernement provincial.

1998 : Transfert à PJCCI de la portion fédérale du pont Honoré-Mercier et des approches Sud.

Construction

LES PILES (SECTION PROVINCIALE)

L’existence d’une épaisse couche de marne glacière au-dessus du roc, la profondeur du fleuve et la vitesse du courant ont obligé les ingénieurs à chercher des techniques innovantes et adaptées à l’érection des piles de ce pont.

Étant donné la profondeur du fleuve Saint-Laurent, les ingénieurs se refusèrent à utiliser des batardeaux et optèrent pour la construction sous caissons pneumatiques. Cette dernière méthode n’avait pas été utilisée depuis 25 ans à Montréal.

LE DEUXIÈME PONT

En 1963, les deux voies du pont Honoré-Mercier ne répondent plus aux besoins sans cesse grandissants de la circulation et le Ministère des Travaux publics du Québec fait construire un second pont en aval du premier.

Sur la section fédérale, le tablier de l’ancien pont fut modifié afin de faire porter sa capacité à celle de son jumeau. De plus, les piles furent légèrement transformées.Les surfaces entières des piles furent recouvertes d’une nouvelle couche de béton armé et leur forme fut modifiées afin de les rendre identiques à celles des piliers du nouveau pont.

Le jumelage des deux ponts a permis de doubler le nombre de voies entre les deux rives, passant de deux à quatre (deux voies par direction). La circulation en direction de la Rive-Sud se fait ainsi sur l’ancien pont et celle en direction de Montréal, sur le nouveau.

Communauté Patrimoine Honoré-Mercier Entretien 3

Entretien

Exposé depuis des années à une lourde circulation, à des conditions climatiques arides et à une utilisation abondante des sels de voiries, la structure du pont Honoré-Mercier nécessitait des travaux majeurs de réfection pour assurer sa pérennité.

Adoptant une approche de gestion active et préventive, PJCCI a opté en 2008, pour le remplacement complet du tablier sur la section fédérale du pont Honoré-Mercier.

Après huit ans de travaux hautement complexes, le programme majeur de remplacement du tablier de la section fédérale du pont Honoré-Mercier a été complété le 14 août 2016. Au total, 982 dalles de béton préfabriqué auront été nécessaires pour compléter l’ensemble du nouveau tablier, prolongeant ainsi la durée de vie du pont d’au moins 75 ans. Ce projet est l’un des plus importants projets réalisés par les Premières Nations, au Canada.Le procédé des dalles de béton préfabriqué en usine, qui a été retenu pour effectuer ces travaux, offre de nombreux avantages :

  • plus rapide et plus efficace
  • limite les entraves à la circulation
  • offre une espérance de vie du pont supérieure aux autres méthodes (durée de vie de 75 ans)

Le béton préfabriqué assure un projet durable qui allie qualité de construction et rapidité notamment grâce à sa grande résilience. Des mélanges de béton performants, alliés à une production contrôlée, assurent durabilité et fiabilité. 

 

Gestion normale des voies de circulation

Semaine 

Matinée de 5 h 30 à environ 9 h 30

  • En continu : une voie ouverte en provenance de Châteauguay
  • En alternance (feu de circulation) : une voie ouverte en provenance de Châteauguay ou en provenance de La Prairie
  • Deux voies ouvertes vers la Rive-Sud

Jour, soir, nuit et week-end

  • Deux voies ouvertes vers la Rive-Sud
  • Deux voies ouvertes vers Montréal (une voie en provenance de Châteauguay et une voie en provenance de La Prairie)

Le contrôle de la circulation est assumé par le gouvernement provincial.