fbpx

Le profil du mois : José-Luis Mosquera, ingénieur

10 septembre 2018

Ingénieur en génie civil

Gradué de l’Université José Maria Vargas en 2000 (Caracas-Venezuela)

Son parcours : A travaillé comme ingénieur au Venezuela pendant 8 ans, avant d’arriver au Canada en 2008. Il a ensuite travaillé comme ingénieur chez Inspec-Sol, à l’AMT et chez Stantec, avant de se joindre à l’équipe de PJCCI en 2017.

Son rôle chez PJCCI : Chargé de projet, Construction, pour les travaux de renforcement d’acier sur le pont Jacques-Cartier.

 

Pourquoi avoir choisi le métier d’ingénieur ?

J’ai toujours aimé la construction! À la différence de beaucoup de métiers, le milieu de la construction te permet de voir la progression des travaux, jusqu’au produit final. C’est concret! Honnêtement, je n’ai jamais même pensé à faire une autre carrière que celle d’ingénieur construction. Les méthodes de travail, le milieu, les résultats… j’aime ça!

 

Quel est le plus gros projet sur lequel tu as travaillé jusqu’à présent, chez PJCCI ?

PJCCI travaille actuellement au renforcement de l’ensemble de la charpente métallique du pont Jacques-Cartier, un projet majeur qui vise à prolonger la durée de vie utile du pont jusqu’à 150 ans, et j’ai la chance de travailler sur ce projet! Présentement, je supervise les travaux de renforcement d’acier (remplacement de membrures inférieures, diagonales, goussets, peinture, etc.) sur la section 8 du pont, située entre le boulevard De Maisonneuve et la rue Notre-Dame, à Montréal.

 

Quel a été le plus gros défi à relever, jusqu’à présent, dans le cadre de ce projet ?

Les travaux se déroulent dans un milieu urbain fortement résidentiel et la nature de ces derniers peut occasionner certains désagréments pour les résidents du secteur, notamment au niveau du bruit. Mon plus gros défi a donc été d’élaborer et de mettre en place les mesures de mitigation adéquates afin d’atténuer ces impacts pour les citoyens vivant aux abords du pont, le tout dans un contexte technique particulier.

En effet, lors de la première phase des travaux de renforcement d’acier, dans le secteur de Montréal, la capacité portante de la structure à l’endroit des travaux était limitée, ce qui restreignait les possibilités de déploiement de mesures d’atténuation de bruit. Conséquemment, les mesures mises en place n’étaient pas optimales et ne pouvaient masquer entièrement les impacts sonores pour les résidents du secteur. Notre objectif premier a toujours été d’avoir la meilleure cohabitation possible avec les résidents du quartier, c’est pourquoi face à cette situation, nous avons poussé nos réflexions encore plus loin afin de trouver des solutions innovantes pour les phases subséquentes de travaux.

Au terme de nos réflexions, nous avons créé un nouveau concept d’enceinte acoustique qui fonctionne très bien et qui fait désormais partie de tous les devis des contrats à venir. Ce n’est pas toujours évident de trouver la meilleure solution à un problème, mais c’est ça la beauté de mon métier. Il faut se creuser les méninges en permanence pour trouver des solutions innovantes!

 

Qu’est-ce que tu aimes de ton emploi chez PJCCI ?

C’est ma première expérience dans le milieu de la gestion d’actifs. Jusqu’à récemment, je regardais les projets « l’autre côté », parce que j’étais dans une firme de génie-conseil ou chez l’entrepreneur. C’est vraiment stimulant de voir l’envers de la médaille. Et puis je trouve ça extraordinaire de travailler pour l’une des plus imposantes infrastructures routières au Québec. C’est une icône historique! Je suis fier de travailler pour le pont Jacques-Cartier, j’ai même un tatouage du pont! Quand je suis arrivé à Montréal, je suis tombé sous le charme du pont Jacques-Cartier, il me fascinait alors je me suis fait faire un tatouage. Et quelques années plus tard, voilà que je me retrouve à travailler pour Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI), c’est incroyable! Quand l’opportunité s’est présentée, je n’ai pas pu dire non!

 

Tes conseils pour les futurs ingénieurs ?

Quand on sort de l’université, on pense souvent à aller directement faire de la conception ou de la gestion. Personnellement, je pense qu’il est plus important d’aller sur le chantier et de prendre de l’expérience terrain. Toucher un peu à tout ça aide à voir les choses autrement et à prendre de meilleures décisions. Mon conseil c’est donc ça : allez sur le chantier avant d’entreprendre quoi que ce soit, voyez comment ça marche et apprenez de ceux qui sont sur le terrain. C’est la meilleure école qui soit.