Pont Jacques-Cartier

Histoire du péage au pont Jacques-Cartier

Dès son inauguration, les usagers devaient payer pour pouvoir traverser le pont Jacques-Cartier et seul l’argent liquide était accepté. Plus tard, il fut possible de se procurer des jetons de péage, valides pour les ponts Jacques-Cartier et Champlain. Les postes de péage existèrent durant plusieurs décennies et furent abolis en 1962.

Système de péage automatisé

Le 8 septembre 1959, on procéda à l’installation d’un système de péage automatisé pour remplacer les péagers dans le but d’améliorer la circulation et le contrôle des argents.

Les taux de péage étaient échelonnés comme suit :

  • piéton : 15 cents
  • cycliste : 15 cents
  • motocycliste : 25 cents
  • automobile (pour le véhicule et son conducteur) : 25 cents, passager additionnel 15 cents
  • autobus : de 80 cents à 1,00 $ (selon la classe de l’autobus)
  • camion : de 25 cents à 1,50 $ (selon la classe du camion)
  • véhicule à traction animale : de 15 cents à 60 cents (selon qu’il soit tiré par un, deux, trois ou quatre animaux et qu’il transporte ou non des passagers)
  • citerne d’huile tirée par deux animaux : 60 cents
  • véhicule tiré par un chien ou une chèvre : 15 cents
  • animaux (seuls ou en troupeau) : de 3 cents à 15 cents par animal (selon l’espèce)
  • brouette : 15 cents
  • gratuit pour les enfants de moins de 5 ans.

Le péage fut aboli le 1er juin 1962 à 15 h.

Rappelons qu’un péage était exigé depuis l’ouverture du pont en 1930. Depuis l’abolition du péage, l’édifice qui servait aux péagers est le quartier général du personnel préposé à l’entretien des ponts Jacques-Cartier et Champlain.

Pont_Jacques_Cartier-Capsule_peage2