fbpx Roxanne Gratton, géo. M.Sc, spécialiste environnement et développement durable | PJCCI
Roxanne Gratton, géo. M.Sc, spécialiste environnement et développement durable
15 juillet 2022 Carrière

L’équipe EDD travaille au quotidien à assurer une saine gestion environnementale des projets. Cela passe par le respect des lois et règlements applicables en matière d’environnement et de développement durable, mais aussi par la mise en place et l’intégration des meilleures pratiques reconnues en environnement pour la protection, la préservation et la valorisation du territoire. Dans cette optique, la consultation des diverses parties prenantes intéressées dans la gestion des structures demeure au cœur de nos priorités. 

Roxanne Gratton, géo. M.Sc, spécialiste environnement et développement durable
Roxanne Gratton, géo. M.Sc
spécialiste environnement et développement durable

Pourquoi le projet Bonaventure a-t-il été mis en place ? 

Depuis plus de 100 ans, le littoral du fleuve St-Laurent a été utilisé comme site d’enfouissement de déchets industriels et domestiques causant d’importants problèmes de contamination. PJCCI a donc proposé des solutions concrètes pour empêcher les contaminants de migrer vers le fleuve dans ce secteur où l’autoroute Bonaventure est sous sa responsabilité. 

 

Le secteur fait face à deux types de contamination différents :  

  • Dans le secteur est, se trouve une phase flottante d’hydrocarbures. Un système, composé d’un mur écran visant le confinement, le pompage (grâce à 127 puits) et la gestion hors du site des hydrocarbures a été mis en place. 
  • À l’ouest, c’est l’azote ammoniacale, qui agit comme contaminant. Dans ce secteur, nous avons privilégié une méthode qui consiste à pomper l’eau souterraine via 32 puits, à traiter puis rejeter les eaux conformes au fleuve. 

 

Quel est le plus grand défi à relever avec le projet Solution Bonaventure ? 

Les défis sont nombreux avec un projet de cette envergure. Saviez-vous, par exemple, que nous traitons en moyenne 280 000 m3 d’eau par an ? Cela représente 112 piscines olympiques en une seule année, presque 10 par mois ! C’est énorme et ça demande un savoir-faire très spécialisé.  

Au-delà de ça, nous travaillons dans une zone très achalandée. L’autoroute Bonaventure qui passe en bordure de notre mur de confinement est une des principales voies d’accès à Montréal. Cela implique une importante coordination pour ne pas nuire à la circulation routière lors des travaux d’exploitation.  

 

En quoi la Solution Bonaventure est-elle si novatrice ? 

Construire un mur écran pour confiner des contaminants n’a rien de nouveau en soi. Toutefois, pour en construire un dans un espace si restreint, enclavé entre le fleuve d’un côté et l’autoroute de l’autre, nous avons fait appel des techniques de construction novatrices. 

L’une de ces techniques a notamment consisté à utiliser le remblai déjà sur place afin de le « convertir » en un mur de confinement. Nous n’avions pas l’espace nécessaire pour le retirer et construire un mur conventionnel. Nous avons donc injecté un coulis de ciment bentonite au mélange de remblai broyé, ce qui nous a permis de recréer toutes les propriétés d’un mur de confinement. 

 

Quel avenir pour le projet Solution Bonaventure ? 

Ce projet est là pour rester. Un siècle de contamination, cela laisse des traces. Heureusement, Solution Bonaventure permet de capter tous les contaminants du secteur et protège ainsi le fleuve et l’environnement. Aujourd’hui, il n’y a plus de migration d’hydrocarbures dans le fleuve. Le résultat est là et les bénéfices pour l’environnement sont énormes. 

 

Projet Solution Bonaventure

Roxanne Gratton, géo. M.Sc, spécialiste environnement et développement durable
Go to top