Philippe Fougerolle

9 juin 2017

Maçon français, Philippe Fougerolle fonde l’entreprise qui porte son nom en 1844. Associée à la conception de plusieurs structures d’envergure, l’entreprise Fougerolle sera responsable de l’élaboration du projet de construction du pont Champlain.

Que sait-on de l’entreprise Fougerolle?

L’épopée de l’entreprise débute en France. Une fois les travaux du canal du Nivernais achevés, Philippe Fougerolle obtient le sceau royal de l’ingénieur des ponts et chaussées de la Nièvre. Par cette reconnaissance, Fougerolle reçoit une marque de confiance qui lui permet dorénavant de soumissionner afin de participer à la réalisation de mandats d’importance. Passant par le souterrain des Mauvages jusqu’au pont de Tancarville, l’entreprise Fougerolle prend part à la construction de plusieurs structures françaises telles que des viaducs, tunnels et ponts.

Pendant ce temps, à plusieurs centaines de kilomètres de la France, est annoncée la construction d’un pont à péage pour la traversée du fleuve Saint-Laurent à Montréal. Le Conseil des ports nationaux rassemble les représentants des villes du Grand Montréal et des gouvernements afin de décider de l’emplacement de la structure. Dès lors, la conception des plans et des devis ainsi que la surveillance des travaux seront confiées au bureau d’ingénieurs-conseils Pratley de Montréal. Pour une coordination optimale, la construction de la structure qu’est aujourd’hui le pont Champlain est divisée en sept secteurs, comme les accès, l’ouvrage métallique et le tablier de béton, pour ne nommer que ceux-ci. L’élaboration de l’ensemble du projet sera confiée à l’entreprise française Fougerolle. Cinq ans après l’octroi du premier contrat de construction, le pont Champlain est ouvert à la circulation en juin 1962.