Camillien Houde

5 mai 2017

Figure emblématique de l’histoire de Montréal, Camillien Houde fait carrière en politique durant de nombreuses années, en plus d’être maire de Montréal de 1928 à 1932. Surnommé « Monsieur Montréal », il participe à l’inauguration du pont Jacques-Cartier le 24 mai 1930.

Saviez-vous qu’il a été prisonnier au camp d’internement de Petawawa, en Ontario?

Après la complétion de ses études dans le domaine commercial, Houde débute sa carrière dans le secteur des banques, pour ensuite représenter la biscuiterie J. Dufresne de Joliette. Il éprouve rapidement un fort intérêt pour la politique et devient membre du parti conservateur.

Camillien Houde obtient un siège à Québec pour la première fois en 1923, dans la circonscription de Sainte-Marie. Issu du quartier modeste de Saint-Henri, il est ensuite élu maire grâce à sa promesse d’ouvrir l’hôtel de ville aux citoyens. Tôt dans son premier mandat, c’est la misère de la grande crise économique qui guide son programme. Il distribue notamment une somme de 100 000$ aux plus démunis par le biais de la Société Saint-Vincent-de-Paul et lance de vastes chantiers de construction comme le Jardin botanique, les chalets du mont Royal et du parc La Fontaine et des viaducs. Engagé et près de ses citoyens montréalais, Houde va jusqu’à transformer son logement de la rue Saint-Hubert en centre d’aide.

À l’aube de la Seconde Guerre mondiale, Houde déclare ouvertement son opposition à toute forme de conscription lors d’un discours qu’il tient devant plusieurs journalistes. S’attirant les foudres de la gendarmerie royale en raison de cette déclaration publique enflammée, il est détenu au camp d’internement de Petawawa pendant quatre ans. En 1944, c’est une foule en délire qui accueille Houde à la gare Windsor, la même qui le réélira dès l’automne.

Par ailleurs, il reçoit de grands hommages lorsqu’il est prononcé commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique et chevalier de la Légion d’honneur. Il est connu pour son style flamboyant, son sens de l’humour et son penchant pour les cigares noirs Tueros.